Catégories | Santé et social

Maurice Tornay aux urgences ?

rsv-sion

Votée par 75% du Grand Conseil, la LEIS a été rejetée, sans appel, par 54,5% des citoyens. C’est la victoire du pays réel… et de l’UDC sur le pays légal. Le message a-t-il été compris par les responsables de ce gâchis ? Si l’on en juge par les premières réactions de mauvais perdants, rien n’est moins sûr.

Après cet échec politique retentissant, la balle, aujourd’hui, est évidemment dans le camp des politiques, à commencer par M. Tornay, l’homme qui a pris le risque d’assumer l’héritage du socialiste Burgener.

Il y a des gens, au RSV et au département, qui portent la responsabilité de l’échec, celle de la LEIS bien sûr mais aussi celle des carences parfois très graves révélées par l’audit, par la Commission de gestion et par la Justice dans l’affaire Savioz. Il n’est plus acceptable de couvrir ces dysfonctionnements répétés.

Ces gens doivent partir. Après un tel camouflet, ce n’est quand même pas à eux que l’on peut continuer à faire confiance pour conduire nos hôpitaux vers la concurrence qui les attend dans à peine plus de deux mois.

Si ces gens ne veulent pas partir, c’est au Conseil d’Etat et d’abord à M. Tornay qu’il incombe de les y contraindre. C’est une simple question de respect de la volonté populaire.

Et si M. Tornay et ses collègues n’ont pas le courage ou, pire, pas la volonté de faire le ménage, un vrai ménage, alors ils risquent d’être rattrapés, en 2013, par cette même question à laquelle les Valaisans ont répondu en fin de semaine dernière : celle de la confiance (confiance aux caciques du RSV et du service de la santé, confiance au chef du département).

M. Tornay prendra-t-il le risque de se moquer du vote populaire et de se retrouver alors peut-être lui-même… aux urgences ?

UDC du Valais romand
Oskar Freysinger, Président
Jérôme Desmeules, Secrétaire général
Jean-Luc Addor, Chef du groupe UDC


Evénements à venir

  • Pas d'événement.

Archives

Programme UDC Suisse

UDC TV