Catégories | Santé et social

Quand le RSV se moque de son autorité de surveillance, ou l’arrogance propulsée dans le ciel des beaux-arts…

rsv-sion

Extrait de l’1Dex http://1dex.ch/, ce texte de Jean-Claude Pont :

Le message adressé par le Dr Philippe Eckert, directeur médical du CHCVs, à une quinzaine de personnes en date du 21 novembre 2011, relevant pratiquement toutes du RSV, a déclenché le tollé dans la grande maison, dans le monde politique et chez tous les observateurs. On peut en effet y lire que le « Groupe Projet “ Axe stratégie, etc.” », soit le plus important parmi ceux proposés par la FHF, est complètement noyauté par ceux qui sont probablement à l’origine de la peu brillante réputation de l’institution au plan structurel et humain. L’invitation émane du directeur médical du CHCVs (voir à son propos l’édifiante présentation qu’en fait Vigousse dans son numéro du 4 novembre 2011), qui a couvert de son silence la quasi-totalité de toutes les grandes affaires qui ont flétri la réputation du RSV, il est accompagné par le dorénavant réputé médecin cantonal, le Dr Georges Dupuis. Dans sa composition se trouvent de nombreux adeptes de la nomenklatura. On y note en particulier la présence du dr Pierre Schertenleib, celui-là même qui a tenté de s’opposer à la candidature de Monique Lehky Hagen à la Société médicale du Valais en novembre dernier (et qui obtint 20 voix sur les 117 en jeu, contre 89 à sa rivale) ; c’est dire combien ces gens-là sont suivis par l’ensemble du corps médical du Valais ! Il se trouve dans cet aréopage un seul médecin ouvertement favorable au référendum contre la LEIS et membre du Comité Référendaire (référendum accepté par les Valaisans à 55 % !) soit 1 sur 14 si l’on exclut les consultants français ! La direction médicale du RSV, au mépris des décisions et promesses de son ministre de tutelle tente d’accaparer le projet de gouvernance médicale et soignante. Le passé du RSV démontre que le tandem Dupuis-Eckert est présent avec d’autres dans la plupart des dysfonctionnements du RSV dénoncés de tous côtés.

Ainsi, malgré les promesses faites par le Conseiller d’Etat Maurice Tornay en session du Grand Conseil de novembre 2011, malgré ses déclarations au Nouvelliste du 19 novembre, garantissant une place aux référendaires à tous les étages du système décisionnel, ceux qui ont amené la cause du référendum au triomphe sont mis à l’écart de la discussion. Deux jours après la déclaration publique de son autorité de surveillance, la hiérarchie du RSV se permet d’appliquer la loi qu’elle a presque toujours appliquée, l’absence d’écoute, l’arrogance. Ainsi, on se moque du peuple valaisan qui a dit sa manière de voir aux responsables du RSV le 23 octobre 2011 et de M. Maurice Tornay, qui s’est engagé à travailler avec le Comité Référendaire.

Monsieur le Conseiller d’Etat allez-vous continuer à vous laisser berner de la sorte par vos ouailles ? Monsieur le Conseiller d’Etat vous devez descendre en votre âme et conscience et mettre fin rapidement à ce désastreux état de fait.

La « commission Eckert-Dupuis » doit donc être immédiatement annulée et totalement remodelée et les déclarations de Maurice Tornay doivent être prises en compte pour la constitution des groupes.

La lecture attentive du rapport de la COGEST et de l’Audit, l’affaire Bettschart, l’affaire Savioz, l’affaire Sabine Bieri, le dossier en cours concernant les rabais non répercutés, l’échec du référendum, les postulats récents, la démission du président du Conseil d’administration du RSV appellent un nettoyage profond et au vu de ce qui précède, le RSV n’en prend pas le chemin. Au terme de l’exercice, le citoyen valaisan aura engagé quelque deux millions dans l’assainissement de son système de santé, c’est beaucoup pour reconfier le pouvoir à ceux qui ont rendu nécessaire cet audit, qu’ils n’ont pas voulu et auquel ils ont tenté de s’opposer.


Evénements à venir

  • Pas d'événement.

Archives

Programme UDC Suisse

UDC TV