Les ouvriers de la dernière heure

rsv-sion

Ainsi donc, 36 députés et suppléants du Chablais se sont associés à Didier Cachat, prési-dent PLR de la Commission de la santé, pour se plaindre auprès de Maurice Tornay de la sous-représentation du Chablais dans les instances hospitalières qui concernent celui-ci.

Les élus UDC n’ont pas suivi. Pourquoi ?

Tout simplement parce que parfois, il faut être sérieux et agir au bon niveau et surtout au bon moment.

En apparence sympathique, cette démarche masque une incurie dont M. Cachat, le premier, devra s’expliquer.

En effet, en décembre, le Parlement était saisi d’une proposition de décret urgent concernant les hôpitaux valaisans. Il avait alors l’opportunité, très concrètement, de modifier, avec effet au 1er janvier 2012, la loi qui, aujourd’hui, fixe à 7 seulement le nombre des membres du conseil d’administration du RSV. Par le député Charles Clerc, le groupe UDC a précisément proposé que l’on profite de cette occasion pour prévoir que ce nombre puisse être porté à 11. Cela aurait permis, à l’évidence, d’assurer, au sein de l’organe dirigeant du RSV, une représentation bien meilleure qu’aujourd’hui des intérêts en présence, mais aussi des diverses régions du canton.

Or, qu’ont fait le député Cachat, sa commission et la majorité du Grand Conseil ? Sans doute plus préoccupés de combattre l’UDC que du bien du Chablais, ils ont refusé cette proposition.

Et voici qu’aujourd’hui, ils demandent, mais un peu tard et de surcroît à une autorité incompétente (le chef du département, qui n’a pas le pouvoir de modifier une loi), de porter le nombre des administrateurs du RSV de 7 à 9. On croit rêver.

Dans ces conditions, l’UDC considère qu’elle n’a pas à s’associer à ces regrets et à ce bricolage pathétiques. Que les responsables – chablaisiens, au premier chef – du gâchis aujourd’hui tardivement dénoncé en assument, seuls, la responsabilité face aux Valaisans du Chablais.

Et que le Conseil d’Etat et en première ligne le Conseiller d’Etat Tornay assume de son côté la responsabilité d’avoir lui aussi refusé, en décembre, l’opportunité d’élargir la représentativité du conseil d’administration du RSV. Qu’il assume évidemment celle d’avoir réussi l’”exploit” tout de même incroyable, alors que la construction de l’Hôpital Riviera-Chablais va occuper une part importante des préoccupations des nouveaux administrateurs, d’avoir préféré y nommer un maximum de représentants du parti majoritaire plutôt que de songer à y placer ne serait-ce qu’un seul représentant de la région du canton, trop souvent oubliée, qui sera la plus concernée par l’un des plus grands chantiers du canton. Et que le Gouvernement assume, confronté à la démarche tardive des ouvriers de la dernière heure, ses choix passés et notamment celui de n’avoir pas voulu assurer une représentation suffisante des Chablaisiens au sein du conseil de l’établissement qui, pourtant, les concerne au premier chef.

UDC du Valais romand
Jean-Luc Addor, Chef du groupe UDC
Charley Clerc, député de Troistorrents


Evénements à venir

  • Pas d'événement.

Archives

Programme UDC Suisse

UDC TV