Les patients valaisans considérés comme des patients de seconde zone ? Pour l’UDC, ça suffit !

L’expertise du prof. Houben de mars 2014 a clairement démontré dans son rapport sur la Médecine hautement spécialisée que la qualité des soins et la sécurité des patients n’étaient pas garanties (p. 58 du rapport). Tout cela, prenant le contrepied du rapport interne des responsables de l’Hôpital du Valais (HVS). Or, voici qu’hier, par un communiqué de presse, l’HVS informe que la sécurité des patients et la qualité de soins seraient garanties, cela malgré l’absence de 4 anesthésistes cadres dont 2 renvoyés pour des motifs obscurs que la Justice devra éclaircir. Pour cela, 3 salles d’opération seront fermées et ainsi, les patients valaisans devront attendre avant de se faire opérer ou au mieux, devront quitter le canton pour obtenir des prestations de santé.

Pour l’UDCVR, il est clairement inadmissible que les patients valaisans soient ainsi considérés comme des patients de seconde zone.

Selon la loi sur les établissements et institutions sanitaires, le Grand Conseil a le rôle de haute surveillance de l’hôpital. C’est dans cet état d’esprit de devoir citoyen que l’UDCVR dénonce les pratiques actuelles au sein de l’HVS, pratiques qui mette en cause la qualité des soins et l’économicité des pratiques.

L’exemple du renvoi de 2 anesthésistes est fort significatif du fonctionnement de la gouvernance de l’HVS, hélas cautionné par le Conseil d’Etat.

Les courriers adressés à Mme Esther Waeber-Kalbermatten, signés par MM. Castagna et Cuénoud, assurant que la sécurité des soins est garantie, ont été largement contredits par un autre courrier signé par le Chef des anesthésistes, le prof. Ravussin, assurant que la sécurité des soins n’est plus garantie au sein du CHVR.

Ainsi, ces 2 lettres se contredisent et démontrent le fond du problème de fonctionnement au sein de l’HVS entre la gouvernance administrative et la partie opérationnelle que sont les médecins. Mais cet exemple est révélateur du mode de copinage et de l’obscurantisme pratiquées par la gouvernance administrative de l’HVS.

L’UDCVR a attendu quelques jours avant de réagir, laissant ainsi à la nouvelle gouvernance libérée du gourou Kleiber la possibilité de corriger ces pratiques. Or, aucun signal de changement de pratique n’est apporté. Dès lors, l’UDCVR ne peut pas cautionner ces manipulations, ces mensonges qui pénalisent la sécurité des patients et grèvent les finances cantonales.

Pour l’UDCVR, la manipulation, ça suffit !
la prise en otage des patients sur la qualité des soins, ça suffit !
la dilapidation des fonds publiques, ça suffit !

Le groupe UDCVR, en tout cas, se battra au plénum en juin 2014 pour garantir la qualité des soins en faveur des Valaisans et Valaisannes pour faire respecter principes élémentaires suivants : qualité des soins, économicités et transparence.

UDC du Valais romand
Cyrille Fauchère, co-président
Jérôme Desmeules, co-président


Evénements à venir

  • Pas d'événement.

Archives

Programme UDC Valais romand

Programme UDC Suisse

UDC TV