Catégories | UDC du Valais romand

La nouvelle coalition PDC – PLR entend bien instaurer une chape de plomb sur la transparence

La précédente législature a été émaillée de nombreuses affaires. Au rang des plus graves, on peut citer la pollution au mercure, le dossier électronique du patient ou encore les constructions illégales dans de nombreuses communes du canton.
 
Si la transparence a pu, au moins partiellement, être gagnée dans ces dossiers, c'est grâce au travail du préposé et de sa commission cantonale de protection des données. C'est aussi avec le soutien de partis comme l'UDC qui ont bataillé ferme pour que les autorités politiques, avec en tête le Conseil d'Etat, arrêtent de cacher la vérité aux valaisans.
 
Et aujourd'hui, on apprend que les nouveaux rois du Valais entendent bien ne plus voir apparaître de nouvelles affaires. 
 
Comment ? En rompant avec les pratiques du passé ? En instaurant un principe d'absolue transparence ? Evidemment que non…. On en revient aux vieux démons du passé, ceux qui ont prévalus jusqu'en 2013… Silence ! On verrouille.
 
C'est pour cela que le nouveau bureau du Grand Conseil a choisi d'écarter l'UDC de la Commission cantonale de protection des données et de la transparence. A la place, le bureau choisi de présenter 2 candidats de gauche, pour une commission qui ne compte pourtant que 5 membres. Et zéro UDC.

 
L'UDC avait pourtant un candidat sortant, dont les qualités au sein de la commission étaient reconnues, disposant en plus de compétences techniques qui ont permis à la commission de bien cerner les enjeux autour de certains dossiers complexes comme Infomed, un des échecs retentissant de la précédente législature. La nouvelle commission, telle que proposée par le bureau, n'aura plus ces compétences.
 
Notre sortant a aussi su rester collégial et assumer l'avis de la commission lorsque c'était nécessaire.
 
Mais ça, les représentants du bureau ont choisi de l'ignorer. Ce qui compte, c'est de ne plus avoir personne pour réclamer cette transparence auquel les citoyens ont pourtant droit. Il est impératif pour eux de siéger entre amis, et si possible entre gens qui ne poseront pas trop de questions, en tout cas pas celles qui dérangent.
 
Ceux qui ont voté pour le Valais d'un prétendu "progrès" savent désormais ce qu'ils ont vraiment soutenu: l'opacité, les combines et les clans. Comme avant.
 
Heureusement, le Parlement aura l'occasion de voter et de montrer qu'il entend garder une transparence forte. Le fera-t-il ?
 
Pour le groupe UDC,
 
Grégory Logean, chef de groupe
 
Pour l'UDCVR,
 
Cyrille Fauchère, (co-) président
Alexandre Cipolla, vice-président

Evénements à venir

  • Pas d'événement.

Archives

Programme UDC Suisse

UDC TV