Catégories | Articles à la une

Election du Conseil d’Etat : l’UDCVR veut aller de l’avant et retire son recours

Le scrutin du second tour de l’élection au Conseil d’Etat, c’est un fait, a été entaché de fraudes diverses. La question est toutefois de savoir quelle a été leur ampleur. Pour faire toute la lumière, avec pour objectif de garantir la crédibilité des institutions, l’UDC du Valais romand, en parallèle à la procédure pénale toujours en cours, avait saisi le Tribunal fédéral d’un recours contre la décision validant les résultats de cette élection. Il s’agissait d’éviter que le Valais se retrouve éventuellement dans cette situation absurde où, postérieurement à cette décision, la Justice pénale établirait des irrégularités susceptibles d’avoir influencé de manière déterminante un scrutin que nul ne pourrait alors plus annuler.
 

C’était en avril 2017. Que s’est-il passé depuis lors ?
 
La procédure pénale, diligentée par un office régional du Ministère public (alors que l’on aurait pu s’attendre qu’elle le soit par le Procureur général lui-même), a surtout abouti au refus injuste de la qualité de partie de l’UDCVR. Une chape de plomb est tombée, depuis lors, sur une procédure désormais instruite dans le plus grand secret. Rien ne permet de penser que tout soit entrepris, avec les moyens adéquats, pour vérifier des soupçons légitimes dont l’UDCVR s’était fait simplement la porte-parole. La crédibilité des institutions ne s’en trouvera pas renforcée.
 
En l’état, le silence et la lenteur du Ministère public, qui seuls disposent des moyens d’investigation nécessaires, privent l’UDCVR d’éléments essentiels dont elle croyait que plusieurs mois après le début d’une enquête dont on pourrait espérer qu’elle représente une priorité tant pour le Ministère public que pour la police, elle permettrait de fournir au TF des éléments d’appréciations autres que les maigres résultats rendus publics jusqu’ici.
 
Ainsi privée de la possibilité d’établir la réalité de soupçons qui, aussi longtemps qu’ils n’auront pas fait l’objet d’une enquête sérieuse, vont subsister, l’UDCVR a décidé de retirer son recours.
 
Le Ministère public se voit dès lors seul investi d’une tâche qui demeure, intacte, essentielle pour la crédibilité des institutions : établir la réalité de tous soupçons dont a été entaché le scrutin du 19 mars 2017 et punir les coupables ou au contraire, mais alors par une enquête sérieuse et approfondie, les lever d’une manière crédible. Nous y serons attentifs. Les Valaisans aussi, sans doute.
 
Quant à l’UDCVR, elle entend désormais regarder vers l’avenir et concentrer son énergie dans le travail de ses élus et de ses militants pour défendre les intérêts du Valais et des Valaisans, de manière constructive mais sans concession.
 
UDC du Valais romand
Jérôme Desmeules, coprésident
Cyrille Fauchère, coprésident

Evénements à venir

  • Pas d'événement.

Archives

Programme UDC Suisse

UDC TV