Le 27 septembre 2022, la population valaisanne sera appelée à se prononcer sur la « Modification de la loi d’application cantonale de la loi fédérale sur les allocations familiales (LALAFam) ». Cette modification, acceptée par la majorité du Grand Conseil, mais combattue par un référendum, permettra une augmentation des allocations familiales.

Concrètement, l’allocation pour enfant passerait de 275 francs à 305 francs par mois et l’allocation de formation professionnelle de 425 francs à 445 francs par mois. Le Conseil de Parti de l’UDC du Valais Romand (UDC Vr) a décidé de soutenir à l’unanimité cette loi.

Les montants des allocations n’ont pas été augmentés depuis 2009. En 13 ans, le coût de la vie a augmenté, en particulier ces derniers mois, en raison de la situation inflationniste, en particulier liée au conflit ukrainien et l’augmentation des coûts de l’énergie. Le Valais est reconnu pour une politique familiale forte, et les allocations soutiennent fortement cette politique.

Les référendaires aimeraient aider en misant uniquement sur le « Fond Cantonal pour la Famille » qui aide actuellement 12’000 familles défavorisées. Le Valais compte 45’000 familles, la plupart de la classe moyenne, qui elles aussi profiteraient de cette augmentation. Pour rappel, la classe moyenne est la classe la plus impactée, car ayant droit à peu ou pas d’aide étatique et devant toutefois payer des impôts sur l’activité professionnelle ou sur la possession d’un bien, comme une maison familiale.

Cette révision est aussi combattue par certains milieux patronaux, qui dénoncent une augmentation des charges pour les employeurs. Pourtant, l’augmentation de cotisation sera à charge paritairement de l’employeur et de l’employé. Cette solution trouvée au Grand-Conseil satisfait l’UDC Vr et rend cette loi acceptable également d’un point de vue entrepreneurial.

Soutenir une hausse des allocations familiales en Valais, c’est soutenir l’avenir de notre canton. Dans notre pays, l’indicateur conjoncturel de fécondité avoisine le 1,5 enfant par femme, bien en dessous du niveau de remplacement, situé à 2,1 enfants par femme. Les enfants sont notre futur. C’est particulièrement le cas aussi en lien avec le financement de l’AVS, puisque de nombreuses personnes arrivent à l’âge de la retraite. Si plus de jeunes personnes arrivent sur le marché du travail, cela permettra un meilleur financement de l’AVS et limitera l’importation de main d’œuvre étrangère. L’économie aussi s’y retrouvera gagnante. Car une famille aura la capacité de soutenir financièrement ses enfants pour une formation professionnelle et académique accomplie, ce qui profitera au marché du travail.

Rappelons qu’en particulier dans des professions techniques, comme l’ingénierie ou l’informatique, nous devons rechercher des personnes formées à l’étranger.

Afin de continuer à soutenir toutes les familles de notre canton, en particulier en cette période de hausse des prix, l’UDC Vr, ne peut qu’appuyer cette solution concrète et vous invite à voter OUI le 27 septembre 2022.