‘’Loin de nous d’en vouloir à un agent de police, à une ancienne employée de commerce ou à un étudiant automaticien. Mais, dans la jungle actuelle, quel est leur poids face à un président de ville, à un chef de groupe ou à un futur grand baillif ?’’

logean.JPGA la lecture de cette interrogation soulevée dans le Nouvelliste du 11 mai dernier, on pourrait croire que l’exercice du droit d’éligibilité est strictement réservé à des élites qui sont, par ailleurs, fort souvent en décalage total avec la réalité et très éloignées des préoccupations de la population.

Or, l’essence même de la démocratie est justement de permettre à tout citoyen de pouvoir s’investir pour des convictions et des causes qui lui tiennent à cœur.

Pour ma part, je suis fier et honoré d’œuvrer à la progression et à la consolidation de l’UDC en Valais et surtout de pouvoir m’engager en faveur d’idéaux de souveraineté, d’indépendance, de sécurité, de liberté et de rigueur. Comme par exemple, la lutte contre dépénalisation des drogues réclamée par certains (notamment à gauche) ou encore pour la défense de l’identité helvétique tant reniée et bradée par une grande partie de la classe politique.

Finalement, en politique comme dans le sport, la seule vraie réalité vient du totomat, en l’occurrence des urnes. A ce sujet, je suis persuadé que de nombreux électeurs préféreront notre ligne politique claire au détriment de celle, pour le moins floue et ambiguë, prônée par quelques pointures et dinosaures de notre canton.

Grégory Logean
Euseigne

Add Comment