Ci-dessous, un communiqué du Collectif Parents Valaisans que nous vous relayons volontiers

Dans le cadre de la crise COVID et pour lutter contre la progression du variant Omicron, le Conseil d’Etat, par voie de presse, annonçait le 6 janvier 2022, une série de mesures dont le port du masque obligatoire en milieu scolaire et ceci dès la 5H. Le Département de la formation, par son règlement d’application du 10 janvier 2022, stipule sous « élèves »  lettre e : l’élève dont les parents refusent qu’il porte le masque reste à domicile.

Si, en grande majorité, les parents ont accepté, bon gré-mal-gré, de masquer leurs enfants, certains d’entre eux ont émis de fortes réserves et tout en se pliant aux mesures l’ont fait savoir au Département. D’autres, convaincus de bonne foi de se conformer à la directive, ont gardé leurs enfants à la maison.

S’asseyant sur sa propre directive et faisant fi des protestations des parents concernés, le Département a néanmoins cru bon de dénoncer aux inspecteurs scolaires des parents pourtant bienveillants, soucieux de la santé de leurs enfants. Autrement dit, et en toute contradiction, le Département a décidé de punir les parents qui ont respecté à la lettre son propre règlement.

Dans le but d’attirer l’attention du Parlement sur cette situation et de pouvoir débattre démocratiquement de cette question, un postulat urgent a été déposé lors de la session de mars 2022. L’urgence ayant été refusée par le Bureau du Grand Conseil, le débat n’a pas eu lieu.

Cet objet devrait être traité dans les six mois qui suivent son dépôt, or il n’a pas été mis au programme des sessions de mai, juin et maintenant septembre 2022.

Des condamnations sont déjà tombées et des amendes prononcées. Des procédures sont encore en cours. Pendant que le Gouvernement semble donner l’impression de vouloir jouer la montre, le débat démocratique ne peut se dérouler et les parents concernés sont maintenus sous pression dans une attente inadmissible.

Afin que cette affaire ne tombe pas dans l’oubli et dans le but de rappeler aux parlementaires que des personnes sont laissées sur le bas-côté, une interpellation vient d’être déposée.

Le Collectif Parents Valaisans espère que le Parlement ainsi que le Conseil d’Etat s’en saisiront rapidement, pour que l’on puisse mettre enfin, en tout bien tout honneur un terme acceptable à cette affaire !

Pour le Collectif Parents Valaisans

Cynthia Trombert, présidente

Pierre Contat, porte-parole

https://www.udc-valais.ch/wp-content/uploads/2022/09/INT_2022.09.370_DEP_Final_FR.pdf