Ce week-end, les Valaisans, et le reste de la Suisse, étaient appelés à se prononcer sur l’initiative dite contre le « mitage du territoire ».

Par près de 79% des voix, le canton du Valais a dit non à une nouvelle tentative d’ingérence de certains milieux dans la politique d’aménagement du territoire. C’est un signal clair à ceux qui ont pensé pouvoir encore attaquer l’autonomie des cantons et le fédéralisme, ainsi que ceux qui rêvent de transformer une partie du pays en réserve d’Indiens.

Pourtant, les Verts n’ont pas le monopole de la protection de nos paysages. L’UDC y est très fortement attachée, elle va de pair avec une agriculture productive et diversifiée. En souhaitant pousser la densification à l’extrême, tout en acceptant en parallèle une immigration sans limites, les Verts ont totalement manqué de cohérence puisqu’il est incongru de maudire les conséquences des causes que l’on chérit.

Finalement, le peuple aura aussi certainement voulu montrer que nous avons assez légiféré dans ce domaine ces dernières années, avec une LAT qui commence seulement à déployer ces effets.