C’est avec tristesse et consternation que l’UDCVR a appris la suppression de 116 postes sur le site de Syngenta à Monthey. 
 
En plus des déboires de l’entreprise Tamoil, c’est un nouveau coup dur pour l’emploi en Valais et dans le Chablais particulièrement.
 
L’UDCVR est extrêmement déçue de cette décision et demande que, pour éviter des licenciements, Syngenta procède de manière responsable en proposant des retraites anticipées là où c’est possible et qu’ensuite, si des postes doivent être supprimés quand même, procéder prioritairement au licenciements de travailleurs frontaliers et au reclassement interne des travailleurs suisses et résidents.
 
Appliquer le principe de préférence nationale, c’est aussi respecter la décision du peuple lors du vote sur l’initiative contre l’immigration de masse. Lorsqu’une entreprise connait des difficultés et doit licencier, il est simplement normal que les emplois des salariés locaux soient préservés.
 
Pour l’UDCVR,
Jérôme Desmeules
(co-)Président

Jean-Luc Addor
Vice-président