L’UDC Vétroz a fait opposition au projet de changement d’affectation de l’ancien Café de la Treille en un « Centre d’activités culturelles » turc, car elle ne peut que s’inquiéter de la montée de l’islam et du danger que représente une religion politique qui prétend envahir tout l’espace tant privé que public et qui remet en cause, frontalement, les fondements mêmes de notre ordre juridique (pensons simplement au respect de la femme). Elle s’inquiète en particulier de la dernière en date des offensives de l’islam en Suisse et jusque dans notre Commune : sous couvert de centre d’activités prétendument « culturelles » turques, l’implantation, à court ou à moyen terme, d’un lieu de culte musulman, en français courant d’une mosquée en plein cœur de Vétroz, dans les murs d’un café traditionnel malheureusement disparu.

L’UDC Vétroz pose dès lors une première question aux autorités communales : les Vétrozains veulent-ils une mosquée en plein cœur de leur village ? Accepteront-ils qu’un café historique devienne terre d’islam ? Pour l’UDC, pour tous les citoyens de la Commune qui la suivent, ouvertement ou en silence, la réponse est évidemment NON. L’UDC Vétroz craint en effet qu’après l’implantation, à proximité, d’un kebab, l’autorisation du projet contesté ne crée un foyer supplémentaire de communautarisme.

Force est de constater que les promoteurs de ce projet ont habilement manœuvré. Après que l’immeuble soit passé en mains turques, un contrat de bail a d’ores et déjà été conclu le pour l’utilisation de l’ancien café de la Treille dans des buts assez fumeux. Il est question de « femmes et d’enfants de la communauté turque », mais qu’est-ce que la « communauté turque » ? Cette notion comprend-elle les Kurdes ? Ceux-ci auront-ils accès aux activités ? De plus, l’association dont la constitution est annoncée n’a même pas été créée ! Tout cela s’apparente à une forme de politique du fait accompli . Selon les informations et même les témoignages de certains commerçants attenants, l’ancien café de la Treille est en effet d’ores et déjà utilisé conformément aux objectifs apparents ou cachés des promoteurs du projet contesté.

L’UDC Vétroz s’offusque de ces procédés. L’embarras de la Commune est patent. On eu veut pour preuve qu’au mépris de la pratique en vigueur dans la plupart des communes du canton et à plus forte raison à l’État, elle n’a pas laissé aux membres de l’UDC Vétroz la possibilité de prendre copie du dossier déposé pour le changement d’affectation, comme si elle voulait rendre plus difficile sa tâche d’information des citoyens.

De telles manœuvres, peu conformes au principe de la transparence, confortent l’UDC Vétroz dans la justesse de son combat contre l’islamisation latente.

Le comité de l’UDC Vétroz

Accueil


comite@udc-vetroz.ch