Communiqué des Jeunes UDC du Valais romand

Le 24 septembre, le souverain se prononcera sur l’initiative socialiste dite COSA. Celle-ci demande qu’une part des bénéfices de la Banque nationale soit reversée à l’AVS. Au premier abord, elle peut sembler séduisante dans l’idée d’éviter de ponctionner directement les contribuables pour financer des mesures d’assainissement que le vieillissement de la population suisse rendra inévitables. Il s’agit en réalité d’un tour de passe-passe au détriment des collectivités. Notre canton perdrait 25,6 millions par an. Si cette initiative devait être acceptée, les citoyens n’en profiteraient pas. Car la Confédération et les cantons seraient obligées d’augmenter les impôts ou de couper dans de nombreuses prestations, à commencer par le social, la santé ou la formation. Jusqu’en 2012, on sait que les cantons perdraient 667 millions par an à cause de COSA. Or, ils comptent tous sur ces recettes pour faire face aux nombreux défis auxquels ils sont confrontés.

De plus, cette initiative n’offre aucune garantie de financement à long terme pour l’AVS. Les bénéfices de la BNS sont en effet très fluctuants d’une année à l’autre et devraient même, selon les experts, diminuer à l’avenir. Même si la gauche le dément pour des raisons tactiques, son objectif est clair : en faisant croire que l’avenir de l’AVS est assuré grâce à COSA, elle cherche à faire passer l’extension des prestations de cette assurance. Une petite partie de la population en profitera peut-être quelque temps. Mais les générations suivantes, elles, c’est-à-dire les jeunes d’aujourd’hui, n’auront qu’à ramasser les miettes. S’il en reste…

Pour les Jeunes UDCVR, le contre-projet indirect constitue une meilleure solution : le versement au fonds AVS de 7 milliards de francs, soit de la part de la Confédération sur la vente d’or excédentaire. Contrairement à COSA, ce contre-projet ne prive pas les cantons de centaines de millions de francs par an et n’établit aucun lien de dépendance entre l’AVS et la Banque nationale. Pas plus que COSA, ces 7 milliards ne résoudront pas les problèmes financiers de l’AVS. Par contre, ils constitueront un coup de pouce bienvenu qui ne portera préjudice ni aux cantons ni à la stabilité monétaire. Contrairement à l’initiative de la gauche.
Pour ces raisons, les Jeunes UDC du Valais romand vous encouragent vivement dire NON à l’initiative COSA le 24 septembre prochain.

Jeunes UDC du Valais romand
Grégory Logean, Président
Alexandre Cipolla, Secrétaire

Add Comment