La société à deux vitesses, une forme d’apartheid, c’est déjà plus qu’un risque ; c’est aujourd’hui. Et voici que le Conseil fédéral resserre encore plus l’étau sur les non-vaccinés : dès lundi, cette obligation vaccinale qui ne dit pas son nom se doublera d’un confinement qui ne dit pas non plus son nom des non-vaccinés. Que restera-t-il donc des libertés de ces personnes, que l’on traitera comme on le faisait en son temps avec les lépreux ? Où cette dictature sanitaire va-t-elle s’arrêter ? Jusqu’où va-t-on continuer à détruire le lien social dans cette société qui se fracture de plus en plus ?

L’UDCVR ne comprend pas, déjà, pourquoi, contrairement au Gouvernement vaudois par exemple, le Conseil d’Etat valaisan n’a pas défendu les cafetiers-restaurateurs de notre canton en s’opposant à l’extension du passeport Covid aux établissements publics. Le résultat est là : cette branche de notre économie si importante pour le lien social et qui a déjà tant souffert de la crise devra dès lundi se passer d’une part non négligeable de sa clientèle ; les cafetiers-restaurateurs, menacés de lourdes amendes, voire de fermeture devront se transformer en flics. Seront-ils indemnisés ?

Ce n’est là qu’un des effets – dévastateurs – des mesures décidées aujourd’hui par le Conseil fédéral. L’UDCVR n’oublie évidemment pas toutes leurs autres victimes, exploitants de commerces et d’activités en tous genres – et leurs clients.

Demeurés largement passifs jusqu’ici, les gens vont-ils encaisser sans réagir ces nouvelles restrictions à leurs droits fondamentaux ? Vont-ils descendre dans la rue ?

Dans l’immédiat, l’UDCVR continuera à engager tous les moyens dont elle dispose, en particulier par son groupe au Grand Conseil et par son conseiller national, pour combattre ces mesures dont la démonstration, à notre sens, n’est pas faite, loin s’en faut, qu’elles sont proportionnées et justifiées par des faits objectifs. Relevons qu’au Grand Conseil, toutes les interventions urgentes que le groupe UDCVR a déposées en lien avec la politique Covid se sont vu refuser l’urgence. C’est dire que les cafetiers-restaurateurs valaisans, entre autres, sont malheureusement lâchés par le Conseil d’Etat et par les autres partis.

L’UDCVR soutient aussi la récolte de signatures à l’appui de l’initiative populaire contre la vaccination obligatoire https://fbschweiz.ch/index.php/fr/stopp-impfpflicht-fr.

Elle appelle enfin d’ores et déjà à dire NON, le 28 novembre prochain, au passeport Covid.