Lors de son dernier Conseil de Parti, l’UDCVR a débattu sur l’opportunité de participer au lancement du référendum sur la hausse des allocations familiales. Le texte porté par le Grand Conseil est le fruit d’un compromis avec l’initiative qui avait été lancée initialement,

Car, comme notre groupe au Grand Conseil (qui a soutenu l’augmentation de 30 francs de ces allocations), nous considérons qu’il en va d’une certaine idée de la politique familiale. Une telle politique a un coût. Nous le savons. Mais nos familles le valent bien. Pendant longtemps, le Valais faisait figure de leader, en Romandie, par sa générosité envers les familles. C’est aujourd’hui moins le cas. Nous devons nous repositionner comme LE canton de la politique familiale, ciment de notre société.

La hausse des allocations, comme les baisses fiscales demandées par l’UDC, sont le bon instrument, car elles évitent les effets de seuil, qui pénalisent toujours les contribuables de la classe moyenne, particulièrement les familles.