Enhardis par leur succès de dimanche, ceux qui veulent abolir notre armée (c’est juste écrit dans leur programme) lancent aujourd’hui leur campagne pour leur initiative « pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre », sur laquelle nous voterons le 29 novembre prochain.

Voici ce que j’en avais dit le 11 mars 2020 à la tribune du Conseil national :

Dans matériel de guerre, il y a la guerre ; il y a les guerres, celles qui, c’est vrai, font des morts et des blessés. Mais il y a aussi une autre guerre, celle des mots. Et dans cette guerre, il faut bien le dire, les initiants sont assez forts pour avancer à couvert.

Quand nous parlons de matériel de guerre, de quoi s’agit-il ? Parlons-nous seulement de canons ? Un peu, oui, mais de moins en moins. Ce dont il s’agit aujourd’hui, de plus en plus, c’est de systèmes technologiques, notamment de systèmes informatiques complexes dont les applications sont très diverses et souvent seulement marginalement liées au domaine de la sécurité. Car dans le domaine des technologies, surtout des technologies de pointe, il y a bien souvent très peu de frontières, voire il n’y en a plus tellement, entre les applications civiles et militaires. Une technologie peut être conçue à des fins exclusivement civiles et éveiller ultérieurement seulement un intérêt de la part du domaine de la sécurité.

Ma première conclusion, c’est que ceux qui seront touchés par cette initiative, ce ne seront pas les marchands de canons, mais surtout nombre d’entreprises actives dans toutes sortes de domaines de haute technologie. Seront donc touchées ces entreprises, et leur personnel, que d’aucuns, pourtant, ici, prétendent défendre.

Les initiants ont retenu la leçon. Après l’échec devant le peuple, en septembre 2007, d’une première initiative qui demandait frontalement l’interdiction d’exporter du matériel de guerre, voici qu’ils reviennent à la charge par un autre biais : cette fois-ci, ils s’attaquent au financement des entreprises actives dans le domaine de la sécurité. Ils n’ont pas réussi à les interdire d’exportation ; qu’à cela ne tienne, ils essaient aujourd’hui de leur couper les vivres ! C’est plus finaud, si j’ose dire. Mais le résultat, s’ils réussissent, sera le même : ce sera la fin des exportations et, à terme, la mort ou la délocalisation pour des fleurons de notre économie, surtout des fleurons de la technologie de pointe, là où nous avons encore les moyens en Suisse d’être forts.

Passons sur l’arbitraire complet, pour ne pas dire l’absurdité, de ce seuil de cinq pour cent à partir duquel une entreprise qui a le malheur – si j’ose dire – d’avoir des produits utilisés dans le domaine de la sécurité, se verra figurer sur une liste noire, qui risque de marquer son arrêt de mort.

Essayons de considérer aussi le discrédit, pour ne pas dire la suspicion que nous risquons de jeter sur tous ces fleurons de notre économie qui, par ailleurs, sont actifs presque exclusivement dans le domaine civil. Est-ce ainsi que nous pouvons espérer les encourager à investir dans la recherche, dans les technologies du futur ? Est-ce ainsi que nous pouvons les encourager à embaucher, simplement parce qu’un jour un produit au départ civil pourrait trouver une application dans le domaine de la sécurité ?

Non, ce régime injuste de sanctions n’est dans l’intérêt ni de notre économie, ni des milliers de travailleurs concernés, ni de notre sécurité. Il n’aura qu’un effet, un seul : favoriser nos concurrents étrangers, sans arrêter ni éviter aucune guerre. Car la guerre n’est pas dans les armes, elle n’est pas non plus dans l’argent, elle est malheureusement dans l’homme.

Voilà pourquoi je dirai NON à cette initiative, qui avance à couvert et qui est contraire à l’intérêt du Pays.

https://www.parlament.ch/fr/ratsbetrieb/amtliches-bulletin/amtliches-bulletin-die-verhandlungen?SubjectId=48744#votum33

Jean-Luc Addor
Conseiller national
Vice-président de l’UDC du Valais romand