All Posts

Le Ministère public, l’oublié de la République ?

Le Ministère public, l’oublié de la République ?

Les élections judiciaires d’hier appellent un petit bilan.

Qu’on permette d’abord à l’UDC du Valais romand de féliciter M. Patrick Burkhalter pour sa réélection comme Premier Procureur du Bas-Valais. Nous félicitons également M. Christophe Joris, réélu au Tribunal cantonal, Président de la Cour de droit public. Tous deux accomplissent un travail reconnu et font honneur à notre canton comme à notre parti.

Toujours dans un registre positif, l’élection d’un candidat Vert au demeurant compétent au Tribunal cantonal rapproche la représentation des diverses forces politiques au sein de notre Haute Cour cantonale des rapports de force issus des urnes. A défaut de dépolitiser notre Justice, ce rééquilibrage permet d’espérer une forme d’apaisement lors des prochaines élections.

Ce résultat est toutefois intervenu au prix d’un désaveu cinglant : celui que le Grand Conseil a infligé au Conseil de la Magistrature pour sa première « sortie ». Si ce Conseil poursuit sur cette voie, nous devrons nous poser rapidement la question de sa véritable utilité et la Constituante, peut-être, avec nous.

Tirons les enseignements de la crise : 2x NON aux initiatives anti-agricoles extrêmes !

Tirons les enseignements de la crise : 2x NON aux initiatives anti-agricoles extrêmes !

La crise dans laquelle les mesures prises pour lutter contre le Covid a plongé notre pays a montré l’importance d’une agriculture productrice de proximité, capable de nous nourrir même lorsque les échanges internationaux sont ralentis. Ça s’appelle la souveraineté alimentaire. C’est ce que les Suisses avaient voulu il n’y a pas si longtemps, en 2017, à une majorité de près de 80%, en acceptant d’ancrer dans la constitution fédérale le principe de la sécurité alimentaire.

La nécessité, pour un pays, de préserver sa capacité à nourrir sa population… Avons-nous déjà oublié à quel point c’est important ?

Le Procureur général peut-il continuer à jouer sur deux tableaux ?

Le Procureur général peut-il continuer à jouer sur deux tableaux ?

Le Procureur général est contesté, tant au sein de l’institution dont il est censé être le patron que parmi les justiciables et jusqu’au Grand Conseil. Cela explique peut-être pourquoi il est aujourd’hui candidat pour l’un des postes à repourvoir au Tribunal cantonal.

Dans le rapport que la Commission de Justice du Grand Conseil vient de publier au sujet de cette élection, on peut lire que lorsqu’il a été entendu par le Conseil de la magistrature, le Procureur général « a fait savoir qu’il ne briguerait plus le poste de procureur général lors des élections de renouvellement de mai 2021, au cas où la COJU le proposerait à l’un des postes de juge cantonal ».

C’est aujourd’hui chose faite.

L’UDC du Valais romand pose dès lors respectueusement au Procureur général la question de savoir s’il va honorer cet engagement et libérer ainsi sa place à la tête du Ministère public de notre canton, de manière à permettre une transition harmonieuse.

BCVs: L’UDC demande la transparence sur les nominations au Conseil d’Administration

BCVs: L’UDC demande la transparence sur les nominations au Conseil d’Administration

Le 1er avril 2021, le Conseil d’Etat a annoncé son choix pour trois personnes qu’au nom de l’Etat du valais, actionnaire majoritaire de la Banque cantonale du Valais, il présentera à l’assemblée générale du 21 avril 2021 pour être élus comme membres du conseil d’administration de ladite banque dans le cadre du renouvellement de ce conseil.

Nous souhaitons nous assurer que le processus décisionnel qui a abouti à cette décision est conforme aux exigences légales autant qu’aux règles de l’art, notamment en termes de régulation bancaire.

Dans ce but, comme la loi sur l’information du public (LIPDA) lui en donne le droit, l’UDC du Valais romand vous adresse une demande formelle d’accès à l’intégralité du dossier que le Conseil d’Etat, respectivement le Département des finances, a constitué dans ce cadre.

Mariage pour tous : signez le référendum, maintenant !

Mariage pour tous : signez le référendum, maintenant !

L’objectif est en vue. Il est atteignable. Mais il manque encore des signatures pour être en mesure de déposer, le 10 avril, les 50’000 nécessaires pour que le peuple puisse se prononcer sur le « mariage civil pour tous ». Si nous donnons le dernier coup de collier, nous y parviendrons. Alors mobilisons-nous ! De quoi s’agit-il ? Le mariage est aujourd’hui conçu comme…

Grand Conseil : l’UDCVR formera un groupe de 15 députés

Grand Conseil : l’UDCVR formera un groupe de 15 députés

Lors des dernières élections cantonales, en obtenant 22 sièges au Grand Conseil, l’UDC a confirmé qu’elle est une force politique bien installée en Valais et avec laquelle il faut compter. 
Réunis en session constitutive mardi soir, les élus UDCVR ont décidé de former, comme jusqu’ici, un seul groupe parlementaire pour le Valais romand.  Ainsi, pour la législature qui s’ouvre, Grégory Logean et Mikaël Vieux ont été reconduits dans leurs fonctions respectives de Chef de groupe et de remplaçant du Chef de groupe. 
Ce groupe fort de 15 députés et de 14 suppléants fera son travail, librement, dans le seul but de défendre au mieux les intérêts du Valais et des valaisans.  
Exonérer les impôts, la TVA et les charges sociales d’intérêts moratoires en 2021

Exonérer les impôts, la TVA et les charges sociales d’intérêts moratoires en 2021

L’UDC s’engage à fond principalement pour nos libertés et pour la réouverture. Pour les victimes des mesures anti-Covid, elle fait tout pour obtenir des aides concrètes et rapides. Dans ce sens, par un postulat du député d’Ardon Mathias Delaloye, le groupe UDC au Grand Conseil a obtenu l’exonération des factures d’impôt cantonal de tout intérêt moratoire jusqu’au 31 décembre 2021.

Comme annoncé, notre Conseiller national Jean-Luc Addor a déposé hier, en vue de l’heure des questions de lundi prochain au Conseil national, la question suivante :

Le Conseil fédéral est-il prêt à prendre immédiatement les dispositions nécessaires pour exonérer de tout intérêt moratoire jusqu’au 31 décembre 2021 les factures échues d’impôt fédéral direct, de TVA et de charges sociales fondées sur le droit fédéral ?

Ce n’est là que l’un des axes de l’action de l’UDC au Parlement fédéral.

Victoire d’étape pour l’UDC : à la suite d’une demande expresse de l’UDC du Valais romand, le Conseil d’Etat plie et autorise à nouveau certaines assemblées politiques, à savoir les réunions des comités directeurs et commissions exécutives des partis politiques.

Victoire d’étape pour l’UDC : à la suite d’une demande expresse de l’UDC du Valais romand, le Conseil d’Etat plie et autorise à nouveau certaines assemblées politiques, à savoir les réunions des comités directeurs et commissions exécutives des partis politiques.

Alors que le droit fédéral permet depuis déjà plusieurs mois la tenue des assemblées politiques, le Canton du Valais avait décidé, à nouveau, de faire cavalier seul et d’interdire la tenue des assemblées des partis. Pour rappel, à plusieurs occasions, ce Conseil d’Etat a décidé de mesures plus liberticides que le droit fédéral, sans que cela ne génère un effet positif concret. Plutôt que de s’en rendre compte et de corriger, il a choisi de s’entêter.

En pleine campagne, on sait que le combat pour la mobilisation de l’électorat, et la visibilité, est décisif. On ne peut s’empêcher de penser que ces restrictions étaient un bon moyen pour empêcher les partis minoritaires de faire campagne, et favoriser le statu quo, qui profite à presque tous, mais en tout cas pas à l’UDC.

Le Conseil d’Etat, a dû lâcher du lest, car il se doutait que la demande que nous avions adressée de pouvoir tenir nos assemblées serait suivie d’une procédure en cas de refus. Procédure dont les chances d’aboutir étaient réelles, tant cette interdiction était tout sauf proportionnée.

Maintenant, les partis pourront au moins se réunir pour prendre des décisions dont certaines seront importantes pour le second tour de l’élection au Conseil d’Etat. En démocratie, c’est la moindre des choses.

Finalement, celles et ceux qui en ont assez des restrictions inutiles peuvent toujours se rappeler que la meilleure arme pour y mettre fin rapidement, c’est leur bulletin de vote. Il reste quelques jours pour en faire usage et voter UDC.

Les intérêts moratoires supprimés grâce à l’UDCVR

Les intérêts moratoires supprimés grâce à l’UDCVR

La nouvelle a fait peu de bruit lors de la dernière session du Grand Conseil, mais il vaut la peine d’y revenir.

Grâce à un postulat déposé par le Groupe UDCVR, par son député Mathias Delaloye, et traité en février 2021, les intérêts moratoires seront supprimés pour l’ensemble de l’année 2021. En novembre 2020, Cyrille Fauchère appelait déjà à prendre des mesures afin que les entreprises et personnes concernées puissent anticiper. Sans réaction de notre gouvernement, nous avons augmenté la pression, ce qui a finalement payé.

Retrouver nos libertés : D’autres agissent, pendant que le Conseil d’Etat Valaisan dort

Retrouver nos libertés : D’autres agissent, pendant que le Conseil d’Etat Valaisan dort

Alors que le Conseil fédéral continue de se comporter en régent, accordant des privilèges au compte-goutte, toujours sans aucune base scientifique claire, nous continuons de vivre dans un insupportable régime de restrictions des libertés.

Nous ne sommes apparemment pas les seuls à nous en émouvoir puisque le Conseil d’Etat Vaudois a réagi sans son traditionnel quart d’heure de retard en réclamant des réouvertures importantes pour le 15 mars.

Et le Conseil d’Etat Valaisan, que fait-il ?

Campagne ? Certainement.
Gouverner ? Rien n’est moins sûr.