En été 2009, diverses organisations homosexuelles avaient annoncé à grand fracas le dépôt d’une quarantaine de plaintes pénales à la suite d’un communiqué des Jeunes UDC du Valais romand intitulé “NON à la banalisation de l’homosexualité”. En octobre 2009, le Juge d’instruction du Valais central avait classé la totalité de ces plaintes dans une décision contre laquelle les homosexuels qui se prétendaient victimes d’atteinte à l’honneur et de discrimination raciale avaient recouru.

Le 29 mars 2010, le Juge de l’Autorité de plainte du Tribunal cantonal a rejeté ces recours.

Il a rappelé des notions élémentaires. En effet, il est solidement établi que des propos visant l’homosexualité ou les homosexuels en général ne sauraient être attentatoires à l’honneur de personnes déterminées revendiquant leur homosexualité. De même, l’orientation sexuelle ne figure pas dans les catégories de personnes (race, ethnie, religion) protégées par la disposition du code pénal réprimant la discrimination raciale.

Cette décision est courageuse. En effet, si le rappel et l’application de principes bien connus est rien moins que normal, ils ne vont pas nécessairement de soi dans ce contexte où le lobby homosexuel pèse de tout son poids.

La confirmation du classement de ces plaintes manifestement abusives, voire calomnieuses constitue une nouvelle victoire pour la liberté d’expression. Il est rassurant que la Justice de notre canton ne se soit pas laissé instrumentaliser par ceux qui, sous couvert de lutte contre la discrimination raciale, espèrent nous museler et nous empêcher de rappeler et d’affirmer des principes élémentaires de la vie en société.

Sans nous en prendre à des personnes (ce que nous n’avons jamais fait), nous continuerons à combattre la banalisation de l’homosexualité, comportement que nous persistons à considérer comme déviant, ainsi que la promotion qui en est faite jusque dans les écoles, tout comme nous combattrons des revendications inacceptables telles que le droit des couples homosexuels à l’adoption. Sans nous laisser impressionner par les pressions et les menaces du lobby homosexuel, nous continuerons à nous engager pour la défense de la famille traditionnelle, cellule de base de notre société.

Jeunes UDC du Valais romand
Grégory Logean, Co-président (079 282 08 86)
Patrice Thomas, Co-président