Pas d’intervention de l’Etat dans le marché du logement et pas de persécution des dissidents : votez maintenant et dites non à l’initiative pour le logement et à l’article sur la censure ! Remplissez maintenant votre bulletin de vote, signez votre carte de vote, remettez-la dans l’enveloppe, affranchissez-la si nécessaire et glissez-la dans une boîte postale.

L’initiative exige qu’au moins 10% des logements nouvellement construits en Suisse soient en mains de maîtres d’ouvrage d’utilité publique. Elle veut aussi introduire un droit de préemption en faveur des communes et des cantons sur les terrains bâtis et non-bâtis. Sont concernés aussi bien les terrains appartenant à la Confédération que ceux en mains privées. Obliger des petits villages de quelques centaines d’habitants à acheter des biens immobiliers, les entretenir et les louer est une aberration. Qui paiera ? Le contribuable évidemment.

Les insultes peuvent déjà être poursuivies et sanctionnées. Sous le couvert de la tolérance, cette loi bannit certaines opinions du discours démocratique. Il sera ainsi impossible de débattre de sujets comme le mariage homosexuel ou l’adoption, sans être la cible de plaintes pénales. L’application actuelle de la norme l’a déjà démontré avec certains groupes religieux, qui attaquent systématiquement les auteurs de critiques. Ainsi, comme en témoigne les récentes et violentes attaques contre le patron de la marque de chocolat Läderach, cette extension de la norme pénale servira en réalité à criminaliser des opinions et sera abusée pour faire taire des adversaires politiques.