Catégories | UDC du Valais romand

Le Nouvelliste et sa tribune virtuelle

Ector Batet, vous connaissez ?
 
Mais oui, vous savez, ce personnage haut en couleur qui s’est fendu dernièrement d’une lettre de lecteur fracassante dans le NF où il prétend ne plus vouloir payer les cotisations de l’UDC à qui il reproche tout et son contraire.
 
Après contrôle de toutes les listes et de tous les registres du parti et du canton,  aucune trace de cet individu n’a pu être décelée.
 
Au plus trouve-t-on « âne bâté » dans le dictionnaire des expressions populaires, mais pas d’Ector Batet.
 
Le NF prétend, lui, avoir été piégé, et s’en excuse.

 
À l’UDC nous supposons plutôt que la lettre de lecteur a été accueillie à bras ouvert par la « Pravda » cantonale, tant ce journal est en manque de médisances concernant l’UDC.
 
L’auteur de l’invective n’existe pas ? Qu’importe, la critique est si ardemment désirée. Et qu’importe l’existence ou non de l’agresseur si l’agression, elle, est réelle et sa virulence bienfaisante.
 
Mieux encore, cette lettre de lecteur signée « personne » prouve par son existence que même le monde virtuel est en colère contre l’UDC.
 
Tous les auteurs inexistants de lettres de lecteurs, tous les esprits du néant, tous les haineux qui n’existent pas s’expriment par cette colère … sans nom.
D’où la légitimité, pour le NF, d’une telle publication. L’absence d’auteur connu ne fait qu’en augmenter l’universalité et la crédibilité aux yeux des bienpensants.
 
À l’UDC, cependant, on pense plutôt avoir à faire à une sorte de « corbeau », un oiseau de mauvais augure trop lâche pour confronter son adversaire à visage découvert.
 
Son anonymat malhabilement masqué par un nom d’emprunt sert de pagne à sa couardise.
 
Mais peut-être l’auteur a-t-il choisi de cacher son identité pour ne point avoir à assumer l’incohérence de ses propos et le côté mensonger de ses affirmations.
 
Passe encore qu’il semble souhaiter, au contraire de l’UDC, que la justice fonctionne moins bien, passe encore qu’il feigne d’ignorer que le drapeau allemand monarchiste avec les insignes du Saint Empire Romain a été utilisé par la résistance contre Adolf Hitler, mais qu’il prétende que le chef du DFS ne veuille pas intégrer les élèves handicapés dans les classes alors qu’aucune décision de ce type n’a jamais été envisagée, cela représente un mensonge éhonté. 
 
D’autre part, le Conseiller d’Etat Freysinger n’a jamais prétendu qu’il y avait 496 requérants dans un train pour 470 personnes, une impossibilité matérielle. Il était simplement question, lors des contrôles, d’un même train, le « Thello ». Les gens bienveillants ont compris la manipulation du journaliste du NF qui fît la sourde oreille aux explications du conseiller d’Etat.
 
Quant au double-mandat prétendument si lucratif du conseiller d’Etat Freysinger, qu’il soit permis ici de corriger les mathématiques fallacieuses de l’auteur anonyme :
Salaire annuel actuel en tant que Conseiller National : 70 000.-, dont 30 000.- pour les frais. Restent 40 000.- desquels il faut déduire 14 400.- annuels versés à bien plaire dans la caisse de l’Etat, 13 150.- versés à l’UDC Valais et 2500.- versés à l’UDC Suisse. Restent 9 950.- qui ne suffisent pas à payer les dons divers à de multiples associations, etc… (les quittances sont à disposition de qui voudrait les voir).
 
Comparé à certains collectionneurs de conseils d’administration aussi divers que lucratifs, Oskar Freysinger, qui a toujours strictement refusé toute prébende, apparaît comme un vrai représentant du peuple et non comme un laquais d’intérêts privés.
 
À la lumière de tout cela, on constate que l’auteur anonyme de la lettre de la fameuse « lettre de lecteur », non content de se cacher, manipule et ment comme un arracheur de dents. Qu’il reste anonyme, le lâche, c’est sa seule excuse de ne pas exister.
 
UDCVR

Archives

Programme UDC Suisse

UDC TV