Catégories | UDC du Valais romand

L’UDC a déposé un second recours contre les résultats du 2ème tour des élections au Conseil d’Etat

Suite aux décisions prises hier par le Parlement cantonal, deux élus de l’UDCVR ont déposé un second recours contre les résultats du 2ème tour des élections au Conseil d’Etat.
 
Hier, le Parlement s’est comporté comme tous les observateurs politiques s’y attendaient. Il a décidé de bafouer le droit, en prenant une décision d’assermenter le nouveau Conseil d’Etat avant même que le délai de recours ne soit formellement échu. Mais aussi il a décidé de se moquer des fraudes systématiques et avérées perpétrées dans le Haut-Valais.
 
Si tous les groupes politiques ont affirmé que les fraudes étaient graves, seule l’UDC a estimé que le respect de la démocratie et des institutions, ainsi qu’une volonté d’apaisement et de sérénité imposaient de faire toute la lumière sur les fraudes constatées avant de procéder à une assermentation. Les autres groupes ont préféré se réfugier derrière un paravent moral consistant à dire que, si la Justice trouve des fraudes majeures, alors le Parlement pourra organiser un nouveau scrutin.
 
En réalité, ils savent que c’est faux. Plus le temps passe (et avec lui l’entrée en fonction du nouveau Gouvernement, avec son lot prévisible de remaniements départementaux), plus l’intérêt public d’avoir un Conseil d’état fonctionnel l’emportera sur le respect de la volonté populaire. Il serait fort probable que le nouveau Gouvernement, même élu suite à une fraude massive, même illégitime, resterait en fonction.

 
Dans ses débats, le Parlement a aussi choisi d’ignorer sciemment le fait que les abstentionnistes et les citoyens qui ne s’intéressent que peu à la politique ont pu ne pas remarquer que leur matériel de vote avait été subtilisé. C’est particulièrement vrai et suspect quand on sait que, dans les trois villes où des fraudes ont été rapportées, la participation au second tour a progressé bien plus que la moyenne.
 
Mais le Parlement voulait se débarrasser au plus vite du recours de l’UDC et enterrer au plus vite toute velléité de transparence en opérant un passage en force, au mépris du droit.
 
Dans son second recours, l’UDC apporte de nouvelles informations qui sont apparues durant le week-end par rapport à des cas concrets qui lui ont été rapportés. Ces cas concernent des personnes qui n’ont pas reçu leur matériel de vote, aussi dans le Valais romand, ainsi qu’une captation de suffrages possible dans un EMS du Haut-Valais. En outre, une ou plusieurs personnes se seraient chargées de récupérer le matériel de vote de Suisses d’origine étrangère, au sein de leur communauté. Il est aujourd’hui impossible de savoir combien de bulletins sont exactement concernés, ni même si d’autres personnes ont effectué le même travail auprès d’autres communautés. Il est naturellement exclu de jeter l’opprobre sur toute une communauté et il convient de respecter la présomption d’innocence. Mais ces informations sont troublantes et nécessitent une investigation poussée des autorités et notamment de la Justice pénale. C’est ce que l’UDC a demandé.
 
Le cumul de ces nombreux éléments laisse à penser que le résultat du 2ème tour aurait pu être différent. C’est encore plus vrai si la population avait su que des fraudes ont aussi eu lieu au 1er
tour et à qui elles ont profité.
 
L’UDCVR continuera ses démarches, certainement pas par volonté d’une prétendue revanche, mais pour que toute la lumière soit faite. Le Valais vit depuis longtemps au rythme des légendes urbaines concernant les manipulations de votes passées ou actuelles. Aujourd’hui il est possible de découvrir ce qui est, au moins partiellement, vrai. La démocratie valaisanne ne peut pas faire l’économie de cet exercice, la fin des combines est à ce prix.

Evénements à venir

Archives

Programme UDC Suisse

UDC TV