Catégories | UDC du Valais romand

Dégâts du gel : l’UDC propose la création d’un fond de soutien pour l’agriculture et la viticulture

Après maintenant quelques temps de recul, il est possible de quantifier les dégâts provoqués par le gel exceptionnel qui a dévasté nos cultures agricoles et vinicoles.
 
On parle de près de deux milles hectares de vignes et de la moitié des abricotiers du canton. C’est énorme et un tel désastre va provoquer, si ce n’est déjà fait, la mort de plusieurs exploitations. Le canton ne doit pas resté les bras croisés.
 
Si, en général, l’Etat ne devrait pas intervenir pour sauver des exploitations qui font face à un risque économique, tout le monde sera d’accord pour dire que les dégâts de cette année sont exceptionnels. Et des dégâts exceptionnels appellent des mesures exceptionnelles, d’abord à court terme, pour sauver notre agriculture locale mais aussi à long terme, pour pérenniser l’activité et assurer que des mécanismes soient en place pour gérer les prochains dégâts.
 
C’est pourquoi l’UDC proposera, sous forme de motion urgente, la création d’un fond de soutien pour l’agriculture et la viticulture, lors de la prochaine session du Grand Conseil.
 

Il est notoire que la BNS va distribuer une part de son dividende proche d’environ 50 millions au canton du Valais. Ces montants sont, conformément à une précédente demande de l’UDC et du Parlement, non affectés à ce jour et ne sont pas budgétisés dans le compte annuel vu la volatilité de ce type de recette à caractère extraordinaire. Une grande partie de ce montant pourrait donc être affectée à la création de ce fond, ou nous pourrions utiliser une partie du fond pour les infrastructures du XXI siècle.
 
A terme, nous devons donner les moyens aux agriculteurs et viticulteurs de faire face à de tels dégâts. Différentes solutions sont à l’étude et seront proposées par l’UDC, mais aussi par les acteurs de la branche. Une solution en particulier, celle consistant à la création d’un capital individuel pour faire face au risque, déductible fiscalement, recueille les faveurs de notre parti.
 
L’Etat ne peut, et ne doit pas, rester passif face à un tel désastre.
 
Pour l'UDCVR,
 
Jérôme Desmeules, (co-) président
Grégory Logean, chef de groupe
Mathias Delaloye, député

Archives

Programme UDC Suisse

UDC TV