Catégories | UDC du Valais romand

L’UDC et les milieux agricoles l’avaient dit, Rhône 3 est un chantier pharaonique et les milieux économiques s’en rendent compte désormais.

Flashback en 2015 : les Valaisannes et Valaisans votaient sur le décret de financement de la 3ème correction du Rhône (R3) au terme d'une campagne qui fut particulièrement ardue. Durant cette campagne, les opposants, dont faisaient partie l'UDC et les milieux agricoles, se sont vu taxer, au mieux, d'alarmistes, pendant que le Conseil d'Etat s'occupait à faire croire à la population que toutes les garanties nécessaires existaient pour le financement de Rhône 3 et que les milieux économiques et politiques étaient alignés dans une sorte de concorde confinant à la symbiose suspecte où tout le monde accepterait de mettre la main au porte monnaie pour financer les milliards de ce projet.
 
De son côté, l'UDC appelait à revenir sur le terrain des réalités en préférant, là où cela était possible, creuser le fleuve, afin de garantir la sécurité tout en épargnant des milliards d'argent public.
 
Qu'en est-il aujourd'hui ?
 
Le gouvernement est désormais rattrapé par ses promesses et, c'est bien connu, celles-ci n'engagent que ceux qui sont assez naïfs pour les croire !

 
Les communes valaisannes veulent réduire leur participation et l'Association Valaisanne des Producteurs d'Energie Electrique estime que la responsabilité de la protection des crûes relève du canton, ce qui est correct.
 
Dans une interview, on apprend aussi que les industriels valaisans, par leur association faîtière, l'AIV, vont chercher tous les moyens légaux pour éviter de devoir participer à hauteur de plusieurs dizaines de millions de francs. Nous ne saurions que trop leur recommander la lecture de la récente jurisprudence du Tribunal fédéral dans le litige entre l'Etat du Valais et le député Albert Pitteloud, qui a triomphé après des années de lutte.
 
Si l'UDC et les milieux agricoles ont eu raison trop tôt, il n'est en tout cas jamais trop tard pour bien faire. L'UDC ne manquera pas d'intervenir au Grand Conseil et en parallèle nous avons répondu à la consultation en cours concernant le financement de Rhône 3, en particulier sur les points suivants, tout en restant attaché aux objectifs sécuritaires:
 
i) L’objectif de cette loi est de financer le projet pharaonique R3 dans sa variante d'élargissement. Nous nous opposons à ce projet qui a la particularité de violer les fondamentaux de la physique, de la biologie et de l’économie. Les premiers élargissements dans la région de Viège qui ont eu pour conséquence des surcoûts et une pollution massive de la nappe phréatique ont confirmé nos pires craintes. Nous proposons une alternative 3 fois moins chère qui ne polluera pas notre nappe phréatique tout en garantissant la même sécurité. Nous demandons donc que le législateur puisse se prononcer sur le choix de variantes avant de se prononcer sur son financement.
ii) Cette loi est inconstitutionnelle. Elle n’a pas de base dans la Constitution du canton du Valais et elle contredit la législation et jurisprudence fédérales. Le canton, propriétaire du Rhône, ne peut pas esquiver ses responsabilités et faire participer les communes, les contribuables et les concessionnaires de chemin de fer à l’aménagement et à l’entretien de son fleuve.
 
Nous appelons naturellement tous les milieux intéressés à participer rapidement à cette consultation.
 
Jérôme Desmeules
(co-) Président UDCVR et Vice-président du comité référendaire R3
 
Blaise Melly
Député
 

Archives

Programme UDC Suisse

UDC TV