Loi sur le CO2 : L’UDCVR recommande le NON. Particulièrement pour une région périphérique comme le Valais, nous serons les premiers touchés par la hausse des tarifs de l’essence et du diesel alors que la plupart des valaisans sont obligés d’utiliser leur véhicule pour se déplacer. En outre, il est aussi prévu de faire plus que doubler la taxe sur le mazout et le gaz. Les propriétaires de maisons anciennes, avec peu de moyens, seront lourdement pénalisés. Alors que la Suisse est régulièrement en pôle position des classements environnementaux mondiaux, et que nous ne contribuons que pour 0.1% du CO2 mondial, il apparait indécent de demander encore de nouvelles taxes à la classe moyenne.

Loi COVID-19 : L’UDCVR recommande le NON. Les personnes et les entreprises connaissent de grandes difficultés en raison du caractère arbitraire de la pandémie. Au lieu de d’indemniser les dommages causés, les politiciens ont mis en place la loi Covid, avec laquelle ils lient les compensations à des mesures nuisibles. La loi Covid prive la population de ses droits et doit être rejetée. Même avec un NON, l’aide financière sera maintenue jusqu’au 25 septembre 2021. Pour la période suivante, le Parlement peut transférer les dédommagements dans une loi séparée ou les garantir par des arrêtés fédéraux. Cette loi, en introduisant un certificat sanitaire, qui serait demandé aussi en Suisse, discrimine les citoyens en plusieurs catégories. C’est inacceptable dans un pays de libertés comme le nôtre, pour une épidémie qui est en train de disparaitre.

Initiative populaire pour une eau potable propre et une alimentation saine et Initiative populaire « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » : L’UDCVR recommande de voter NON à ces deux objets. Sous couvert de bons sentiments, ces initiatives vont nous contraindre à importer massivement notre nourriture de l’étranger, depuis des pays qui auront largement moins de contraintes et de contrôles que nous.

Loi fédérale sur les mesures policières de lutte contre le terrorisme (MPT) : L’UDCVR recommande le OUI. Depuis les attentats de Paris en 2015, la menace terroriste reste élevée. De nombreux États ont durci leur législation pour mieux lutter contre le terrorisme. Ces dernières années, la Suisse s’est aussi dotée de nouveaux instruments mais il reste encore quelques lacunes à combler. Le Conseil fédéral et le Parlement ont donc élaboré une base légale qui donnera à la police davantage de moyens pour agir à titre préventif en cas de menace terroriste. Aujourd’hui, la police ne peut en principe intervenir que si une infraction a déjà été commise. La menace terroriste en Suisse est élevée. Le SRC l’a d’ailleurs souligné dans son dernier rapport de situation. La police a besoin de davantage de moyens pour prévenir efficacement les attentats. Les mesures proposées améliorent la sécurité et la protection de la population.